58% des embauches potentielles concernent des emplois durables (CDD de plus de six mois et CDI), soit deux points de plus qu’en 2016 et cette hausse émane principalement de très petites entreprises, avec une  progression de 14% dans les établissements de 1 à 4 salariés.

 Les deux tiers des projets proviennent d’une activité supplémentaire (surcroît d’activité, nouvelle activité ou remplacement d’un salarié)et sont concentrés dans les grandes métropoles et les axes touristiques (arc atlantique et pourtour méditerranéen).

 Dans le palmarès des métiers les plus recherchés figurent les viticulteurs et cueilleurs, les agents d’entretien, les serveurs, les professions de l’animation culturelle et les aides à domicile. C’est dans ces mêmes métiers que les employeurs rencontrent le plus de difficultés à recruter: aides à domicile en tête, suivies par les ingénieurs et les cuisiniers.

 C’est une excellente nouvelle pour notre pays qui démontre que les allègements de charge consentis, les investissements stimulés, les dispositifs pour favoriser le recrutement et les plans de formations commencent à porter leurs fruits !

 Pour reprendre les mots de François Hollande, il « laisse à son successeur un pays en bien meilleur état que celui qu’il a trouvé voilà maintenant cinq ans ».

 Alors que la campagne présidentielle touche à sa fin, les indicateurs sur la meilleure santé du marché du travail se multiplient et c’est tant mieux ! Ironie du sort, ces bonnes nouvelles arrivent malheureusement trop tard pour François Hollande, qui a dû renoncer à se présenter à l’élection présidentielle faute, notamment, d’avoir réussi à inverser la courbe du chômage.