Un point majeur me pose souci : c’est le regroupement des régions Aquitaine / Poitou-Charentes / Limousin. Ce n’est pas la présence du Limousin qui m’inquiète. J’ai déposé avec mes autres collègues béarnais (Nathalie Chabanne et David Habib), basque (Colette Capdevielle), landais (Alain Vidalies), un amendement intégrant le Limousin, région isolée, à l’Aquitaine et à Midi-Pyrénées.

 Une fusion entre les régions ne prendra sa pleine efficacité que si elle respecte les schémas de développement territoriaux, les flux économiques, ceux des personnes et des coopérations qui existent déjà. La fusion Aquitaine / Midi Pyrénées (voire le Limousin) permettrait un développement polycentrique autour de deux métropoles que sont Bordeaux et Toulouse. Elle permettait d’équilibrer le développement économique sur l’ensemble du territoire. L’Aquitaine et Midi-Pyrénées ont aujourd’hui en commun un pôle de compétitivité aéronautique, Aérospace Valley. Un autre, sur l’agroalimentaire : agri sud-ouest innovation. Un marketing territorial avec les produits Sud-Ouest. Un enjeu de désenclavement commun avec la ligne LGV sud Atlantique.

 La fusion entre ces deux régions permettrait de donner de la visibilité au Piémont pyrénéen en termes de développement économique et touristique. Les Pyrénées, un véritable atout pour la France. Cette fusion n’étant pas à l’ordre du jour, nous risquons de renforcer la concurrence entre Bordeaux d’une part et Toulouse d’autre part.

 De plus, le littoral atlantique (s’étendant avec l’apport de Poitou-Charentes) va mobiliser les politiques et les moyens du nouveau conseil régional : lutte contre l’érosion marine, responsabilités des ports, politique touristique… Ce développement littoral et métropolitain risque de marginaliser les villes et les territoires de l’intérieur donc tout le sud Aquitain.

 Je m’abstiendrai donc sur cette proposition de découpage et sur ce texte.

 Il nous faudra mettre beaucoup d’énergie pour structurer notre territoire et le rendre visible. J’avais, il y a deux à trois ans, proposé la création d’un pôle du Piémont Pyrénéen Béarn-Bigorre. Les acteurs économiques, à l’instar de la CCI du Béarn et de la Bigorre, en ressentent eux aussi la nécessité. Ils l’ont exprimé lors d’une rencontre à Pau, le 3 juillet dernier. C’est au minimum à cette échelle-là qu’il nous faut travailler et en y mettant les moyens. Quand j’entends un certain François Bayrou appeler à la création d’une association Pays de Béarn, je crois qu’il y a un décalage certain par rapport à la réalité de notre territoire et aux enjeux d’aujourd’hui.

Cordialement, Martine