Le groupe d’études va s’attacher, grâce aux auditions de divers acteurs clés, à dresser un cadre des accidents domestiques en analysant d’abord les statistiques françaises exactes sur ces accidents, puis les statistiques européennes : aujourd’hui la France accuserait un retard important par rapport à ses voisins européens en matière de prévention contre les accidents domestiques puisque près d’un accident sur 4 en Europe se passe en France. Ensuite, le travail consistera à répertorier les actions de prévention qui existent déjà dans certains de nos territoires afin qu’ils soient déclinés dans tous les territoires. Enfin, sera étudiée la façon dont la législation peut évoluer à ce sujet afin que l’environnement des citoyens soit davantage adapté à leur protection.

Le but de Martine Lignières-Cassou est également que ce sujet ne soit plus un sujet tabou. Notre société doit davantage en parler pour être consciente des enjeux et, ainsi, limiter et diminuer les risques auxquels les individus sont exposés. Trop de décès ont eu lieu dans la circonscription à cause d’accidents qui se sont produits dans la sphère privée (incendie, inhalation, chutes…). Le sujet ne peut plus être tu.  « Je pense qu’il est de notre responsabilité en tant qu’élus de travailler davantage sur ces questions afin que les citoyens soient mieux informés et mieux préparés à les éviter. »