Lors de cette conférence de presse, François Fillon a franchi le Rubicon en empruntant des accents populistes. L’appel au peuple de droite pour manifester dimanche contre les Juges est un moment particulier de notre vie politique : pour faire monter la tension, François Fillon organise cette manifestation qui sera encadrée par les membres de la Manif pour tous et par Sens commun, mouvement de catholiques intégristes hostiles au Mariage pour Tous, à l’IVG…

 Des contre-manifestations se préparent : la violence risque d’être au rendez-vous.

 Nous assistons aujourd’hui en France à la convergence inédite de trois mouvements : le catholicisme intégriste, la droite conservatrice et le populisme. C’est cette même conjonction qui a porté Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

 Il semble que le choix de François Fillon soit dicté par son obstination à se maintenir et par la course-poursuite qu’il a engagée avec Marine le Pen : il a adopté le même positionnement que celle-ci par rapport aux magistrats et à la presse. Seule différence : il se rendra à la convocation des juges le 15 mars prochain.

 C’est aussi une course contre la montre avec une partie des Républicains qui juge que François Fillon ne peut plus les représenter et qui appelle Alain Juppé.

 Enfin, le Conseil Constitutionnel est en train de réfléchir à un report de la date des élections.

 Ce sont bien là des signes que notre Démocratie est malade. Une situation similaire serait-elle envisageable dans un autre pays que la France ? J’ai honte et je suis en colère.

Cordialement, Martine