à l’instar de la Ministre de l’égalité des territoires et du logement, Cécile Duflot, invite les citoyens à ne pas attendre l’entrée en vigueur dans deux ans de la loi du 9 mars 2010 relative à l’installation obligatoire d’un détecteur avertisseur autonome de fumées (DAAF) à la charge de l’occupant du logement dans un délai de cinq ans, soit d’ici le 8 mars 2015, et à le faire le plus rapidement possible. Installer un DAFF chez soi, et idéalement dans chaque chambre, permet de limiter les conséquences graves des incendies domestiques qui tuent 600 à 800 personnes chaque année en France. Cette question des incendies domestiques met en exergue un autre problème : celui de l’inflammabilité des meubles rembourrés. En effet, les meubles rembourrés destinés à l’utilisation des particuliers ne répondent pas aux mêmes normes de fabrication que les meubles  rembourrés placés dans les établissements accueillant du public, et sont, de ce fait, inflammables plus rapidement au contact d’un combustible tels qu’une allumette ou un mégot de cigarette. Ce type d’accident domestique courant devient rapidement mortel très souvent par inhalation des gaz de carbone et ensuite par brûlure. C’est pourquoi, installer un DAAF, n’empêche pas, certes, l’incendie, mais prévient l’inhalation de gaz toxiques mortels et permet de sauver des vies. C’est pourquoi, Martine Lignières Cassou encourage vivement les citoyens à se munir d’un détecteur avertisseur autonome de fumées.